La microentreprise

La micro-entreprise, anciennement appelée auto-entreprise correspond à un statut simplifié pour exercer une activité professionnelle non salariée. Beaucoup de personnes qui souhaitent se lancer soit comme commerçant soit comme artisan soit comme profession libérale choisissent ce statut. En 2018, près de ?8% de nouvelles micro-entreprises en plus ont été créées. En 2019, le gouvernement a accordé la baisse des cotisations sociales sur trois ans (I'ACRE) à presque tous les nouveaux inscrits ce qui aura certainement eu comme conséquence une augmentation encore plus forte des créations. Alors, quels sont les avantages de ce statut ? La micro-entreprise est un régime simplifié et la plupart des obligations des chefs d'entreprises ne sont pas applicables aux micro-entrepreneurs. Il bénéficie de taux de cotisation réduit, cela signifie qu'il paie moins de cotisation sociale que les autres entreprises. En contrepartie, il ne peut déduire aucun frais. Toutes fois, le plus grand atout de ce statut est dons sa simplicité. Tout d'abord, la création est simple. La micro-entreprise ne correspond pas à la création d'une personne morale distincte de l'entrepreneur donc il n'est pas nécessaire de choisir une forme sociale, de rédiger des statuts, ni d'avoir un capital social. Il suffit de s'enregistrer sur internet par le biais du site guichet-entreprise. Il n'y a pas non plus de formalités de publicité. Il est utile d'avoir bien préparer son projet, mais les formalités administratives de création sont réduites au minimum et gratuites ou peu chères. Ensuite, la comptabilité est facilitée. Le micro-entrepreneur n'a pas besoin de comptable. Il doit faire des devis et des factures et le contenu de ceux-ci est réglementé. Il doit avoir un compte bancaire dédié, mais il n'est pas nécessaire que ce soit un compte bancaire professionnel. Il doit aussi, s'il fait de la vente, tenir un livre des recettes dans lequel il note toutes les dépenses qu'il fait pour son activité ainsi que toutes les entrées d'argent. Tous les mois ou tous les trois mois, il déclare son chiffre d'affaires pour payer ses cotisations sociales. Il n'est sauf s'il dépasse les seuils, pas tenu de facturer la TVA. On dit qu'il est en franchise en base de TVA. Il peut toutefois choisir de facturer la TVA ce qui lui permettra de la récupérer sur les produits qu'il achète. Enfin, la fermeture d'une micro-entreprise est aussi très simple. Il suffit de remplir le formulaire de cessation d'activité. Il n'y a pas à mettre en œuvre de procédure au tribunal telle qu'une liquidation judiciaire. La micro-entreprise est donc un statut idéal pour ce qui veulent se lancer à moindre frais ou pour tester une activité avant éventuellement de passer en entreprise.

About the Author admin

Laisser un commentaire